Monday, November 27, 2006

La dérive islamiste d'un jeune ingénieur prend fin à Damas

À Tours, un petit noyau d'islamistes envoyait des jeunes vers le djihad irakien.

L'AVENIR semblait tendre les bras à Moustapha el-Sanharawi, 20 ans, né à Chambray-lès-Tours (Indre-et-Loire) d'une famille d'origine égyptienne. Après deux ans de prépa à Tours, il venait d'intégrer une école d'ingénieurs parisienne. Interpellé le 19 octobre à la frontière syrienne alors qu'il tentait d'entrer en Irak, Moustapha croupit pourtant dans une geôle de Damas dans l'attente d'une expulsion imminente vers la France.

Les deux hommes arrêtés avec lui ont été expulsés le 21 novembre et remis à la DST. Nasr Eddine Berradja, un plombier né à Tours le 12 septembre 1987, et Abdelhamid Sakhi, un chômeur algérien de 31 ans installé avec sa femme et ses trois enfants dans le chef-lieu de l'Indre-et-Loire, ont été mis en examen samedi pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » et écroués. Les deux hommes auraient reconnu être partis pour l'Irak afin de participer au djihad contre les troupes américaines.

Le sort de Moustapha el-Sanharawi, présumé innocent, n'est pas encore tranché. Sa mère déclarait hier au Figaro que son fils « était simplement parti en voyage en Syrie ».

Policiers et magistrats voudront sans doute en savoir plus. Le parcours de Moustapha est d'autant plus intéressant que sa famille présente tous les signes d'une intégration exemplaire. Naturalisés français, son père est médecin, et sa mère, professeur d'arabe. L'un des frères de Moustapha est interne des hôpitaux et deux autres sont étudiants en médecine. Moustapha a intégré en 2006, à 18 ans, une école d'ingénieurs. Mais, depuis de longs mois, il appartenait également à un petit noyau salafiste tourangeau avec son copain de collège, Nasr Eddine Berradja. Ils fréquentent deux salles de prière et surfent sur les forums islamistes.

Chômeur et marchand ambulant à l'occasion, Abdelhamid Sakhi appelle ces jeunes compagnons au djihad. Le 12 octobre, le trio quitte la France, Moustapha laissant une lettre en arabe à l'un de ses frères.

Wednesday, November 22, 2006

Our World: After the muses fall silent - Caroline Glick

Nov. 20, 2006
British Prime Minister Tony Blair has gone on an appeasement spree and no one seems to mind. On Friday, Blair gave a marquis interview to Al-Jazeera's new psychological warfare platform - its English-language channel - to celebrate its launch.
It is unclear whether Blair meant to give the impression in that interview that he agreed with Al-Jazeera's Man-about-Town-in-Britain David Frost's assertion that the US-British war in Iraq is "pretty much a disaster." But Blair has made unmistakably clear that what he is suing for now is an ignominious American-British retreat from Iraq.
In his recent statements and actions, Blair has been unambiguous in communicating his belief that peace in Iraq begins with Israeli surrender to the Palestinians, Hizbullah and Syria. Blair sees in suicidal Israeli retreats from the Golan Heights, Judea and Samaria the key to unlocking the hearts of the mullahs in Teheran and the Ba'athists in Damascus. As Blair sees it, these enemies of Israel, the US, Britain and the entire Free World will suddenly become reliable friends of the non-Jewish West if Israel is left at their tender mercies. As friends, Iran and Syria will allow the US and Britain to surrender Iraq with their heads held high as they hand global jihadists their greatest victory since the Soviet retreat from Afghanistan.
No less disturbing than Blair's embrace of surrender as a national strategy is the utter lack of outrage against his decision in the British and international media. No one questioned for instance, his decision to grant Al-Jazeera in English an exclusive interview. It is widely accepted, even by some of the British media, that Al-Jazeera's Arabic satellite station is used as a recruiting tool for global jihad. It can be reasonably presumed that the English channel will be used to erode the West's will to defend itself against global jihadist domination. The fact that the network is now operating an English channel should send a chill up the spine of Western and specifically British media outlets which will now have to compete against an enemy propaganda arm masquerading as a news channel.
THERE ARE many reasons that actions like Blair's strategic retreat from reason and responsibility have gone uncriticized by the media. It is not simply that Western, and particularly European journalists are overwhelmingly anti-American and virulently anti-Israel. One of the central reasons for the silence of Western intellectuals and media in the face of actions like Blair's is fear of death at the hands of jihadists.
In France today, high school teacher Robert Redeker has been living in hiding for two months. On September 19 Redeker published an op-ed in Le Figaro in which he decried Islamist intimidation of freedom of thought and expression in the West as manifested by the attacks against Pope Benedict XVI and against Christians in general which followed the pontiff's remarks on jihad earlier that month.
Redeker wrote, "As in the Cold War, where violence and intimidation were the methods used by an ideology hell bent on hegemony, so today Islam tries to put its leaden mantel all over the world. Benedict XVI's cruel experience is testimony to this. Nowadays, as in those times, the West has to be called the 'Free World' in comparison to the Muslim world; likewise, the enemies of the 'Free World,' the zealous bureaucrats of the Koran's vision, who swarm in the very center of the 'Free World,' should be called by their true name."
In reaction to Redeker's column, Egypt banned Le Figaro and Redeker received numerous death threats. His address and maps to his home were published on al-Qaida-linked Web sites and he was forced to leave his job, and flee for his life. While Redeker e-mailed a colleague that French police have set free the man they know was behind the threats to his life, Redeker recently described his plight to a friend in the following fashion, "There is no safe place for me, I have to beg, two evenings here, two evenings there... I am under the constant protection of the police. I must cancel all scheduled conferences."
For its part, Le Figaro's editor appeared on Al-Jazeera to apologize for publishing Redeker's article.
This weekend British author Douglas Murray discussed the intellectual terror in the Netherlands. Murray, who recently published Neoconservativism: Why We Need It, spoke at a conference in Palm Beach, Florida sponsored by the David Horowitz Freedom Center. He noted that the two strongest voices in Holland warning against Islamic subversion of Dutch culture and society - Pim Fortyn and Theo Van Gogh - were murdered.
The third most prominent voice calling for the Dutch to take measures to defend themselves, former member of parliament Ayan Hirsi Ali, lives in Washington, DC today.
Her former colleague in the Dutch parliament, Geert Wilders, has been living under military protection, without a home, for years. In the current elections, Wilders has been unable to campaign because his whereabouts can never be announced. His supporters were reluctant to run for office on his candidates' slate for fear of being similarly threatened with murder. Last month, two of his campaign workers were beaten while putting up campaign posters in Amsterdam.
In 2000, Bart Jan Spruyt, a leading conservative intellectual in Holland established a neoconservative think tank called the Edmund Burke Institute. One of the goals of his institute is to convince the Dutch to defend themselves against the growing Islamist threat. In the period that followed, Spruyt was approached by security services and told that he should hire a bodyguard for personal protection. Although he couldn't afford the cost of a bodyguard, the police eventually provided him with protection after showing up at his office hours after Van Gogh was butchered by a jihadist in the streets of Amsterdam in November 2004.
ANOTHER LEADING conservative voice, law professor and social critic Paul Cliteur distinguished himself for his repeated calls for freedom of thought and for the protection of the Dutch secular state. In the weeks after Van Gogh's murder, Cliteur was the target of unremitting criticism from his leftist colleagues in the press. According to a report by the International Helsinki Foundation for Human Rights, his colleagues blamed him and his ideological allies for the radicalization of the Muslims of Holland.
Clituer reacted to their abuse by announcing on television that he would no longer speak out or write about the Islamic takeover of Holland.As the Helsinki report notes, although the European Human Rights Convention stipulates that states must enable free speech, "Annemarie Thomassen, a former Dutch judge at the [European Human Rights Court] in Strasbourg, stated that the limits to freedom of speech in the European context lie where the expressed opinions and statements affect the human dignity of another person. This means that, according to her, in Europe one cannot simply write and say anything one wants without showing some respect to other persons."
IN BRITAIN itself, the fact that no media organ dared to publish the Danish cartoons of Muhammad last year is a clear indication of the level of fear in the hearts of those who decide what Britons will know about their world.
Melanie Phillips, the author of Londonistan, noted at the Freedom Center conference that what Britons hear is best described as "a dialogue of the demented." In this dialogue, European Islamists protest victimization at the hands of the native Europeans while threatening to kill them, and native Europeans apologize for upsetting the Muslim radicals and loudly criticize the US and Israel for not going gently into that good night.
In the meantime, jihadist ideologues and political leaders are flourishing in Europe today. In Britain, aside from happily helping Al-Jazeera's ratings, the government has hired Muslim Brotherhood members as counterterrorism advisers.In the wake of the Muslim cartoon pogroms, the BBC invited Dyab Abou Jahjah, who heads the Arab European League, to opine on the cartoons on its News Night program. Jahjah, who is affiliated with Hizbullah, led anti-Semitic riots in Antwerp in 2002 in which his followers smashed the windows of Jewish businesses, chanted slogans praising Osama bin Laden, and called out, "Hamas, Hamas, Jews to the gas!" Most recently, Jahjah published cartoons depicting Anne Frank in bed with Adolph Hitler.
The first action that Yasser Arafat took in 1994 after establishing the Palestinian Authority was to attack Palestinian journalists, editors and newspaper offices. Journalists and editors were arrested and tortured and all were forced to accept PA control over their news coverage. The man charged with overseeing censorship was then information minister Yasser Abed Rabbo who in a later psychological warfare coup, signed the so-called Geneva Accord with Yossi Beilin in 2003.
This is the nature of our times. We are at war and those who warn of its dangers are being systematically silenced by our enemies who demand that nothing get in the way of our complacency with our own destruction.
If journalists, intellectuals, social critics, authors and concerned citizens throughout the world do not rise up and demand that their governments protect their right to free expression and arrest and punish those who intimidate and trounce that right, one day, years from now, when students of history ask how it came to pass that the Free World willingly enabled its own destruction, they will have to look no further than the contrasting fortunes of Al-Jazeera and Dyab Abou Jahjah on the one hand and Le Figaro and Robert Redeker on the other.

Saturday, November 18, 2006

Le gouvernement britannique entend lutter contre l'islamisme à l'université


Comment empêcher les islamistes extrémistes de recruter des étudiants et de prêcher la haine sur les campus britanniques ? Après les attentats-suicides meurtriers du 7 juillet 2005 dans les transports publics londoniens, le Royaume-Uni avait découvert avec horreur que les quatre kamikazes étaient britanniques. Les autorités avaient noté que deux d'entre eux étaient passés par des universités du pays.

C'est pour éviter la répétition d'un tel cas de figure que le gouvernement britannique a publié, vendredi 17 novembre, des directives destinées à épauler les universités dans leur lutte contre l'islamisme radical. Les directives, qui émanent du secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur, Bill Rammell, fournissent un "outil pratique" aux personnels des universités pour les aider à réagir si des groupes suspects font circuler des écrits extrémistes parmi les étudiants ou si des orateurs radicaux entendent intervenir dans l'enceinte des campus.

Régulièrement en butte à des polémiques sur sa gestion de l'islam britannique, le gouvernement se veut prudent : Bill Rammell a insisté sur le fait que ces nouvelles directives "ne ciblaient pas une communauté en particulier". Mais c'est bien la radicalisation de jeunes musulmans britanniques qui inquiète les autorités. "Il y a des preuves sérieuses, mais pas à grande échelle, d'actions d'extrémistes islamistes dans des institutions de l'enseignement supérieur", a expliqué M. Rammell dans un communiqué.

Selon un rapport du centre des études du renseignement et de la sécurité de l'université Brunel de Londres paru l'an dernier, des groupes extrémistes – dont beaucoup d'organisations islamistes – sont actifs dans les universités de Grande-Bretagne. Son auteur, Anthony Glees, affirme que "la menace est sérieuse". "On a découvert que les autorités universitaires ne sont pas au courant de l'existence d'activités subversives dans leur propre établissement", a-t-il affirmé. Il estime que des groupes extrémistes sont présents dans plus d'une vingtaine d'institutions du pays.

Les recommandations ont, somme toute, assez peu à voir avec les mesures antiterroristes traditionnelles : formation du personnel pour lui apprendre à distinguer l'extrémisme violent de la simple expression de la foi, création de comités interreligieux, participation accrue des étudiants aux processus démocratiques, informations à destination des étudiants, conduite à adopter lorsque survient un événement tel que l'arrestation d'un étudiant pour infraction à la loi antiterroriste.Mais diverses organisations et syndicats d'étudiants n'ont pas tardé à élever la voix contre le projet, mettant en garde contre le danger de "diaboliser les musulmans". Et la Fédération des associations d'étudiants islamiques (Fosis), qui représente près de 90 000 étudiants musulmans, de faire remarquer qu'aucune activité extrémiste n'a jusqu'à présent été signalée sur les campus britanniques.

Thursday, November 16, 2006

La liberté d'expression défendue lors d'un meeting de soutien à Robert Redeker

Robert Redeker, professeur agrégé de philosophie menacé de mort après la publication, il y a deux mois, dans Le Figaro d'une diatribe sur l'islam intitulée "Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?", a assisté, mercredi 15 novembre, à Toulouse au meeting de soutien en sa faveur organisé par diverses associations.

"L'organisation de ce meeting m'émeut profondément", a-t-il expliqué en clôture de la réunion, avant de rappeler les étapes de "l'affaire" et de faire applaudir le travail "formidable" de la gendarmerie qui le protège "24 heures sur 24". Parlant de sa vie actuelle, il a dit avoir été "exfiltré de l'existence", tout comme sa famille, et a rappelé avec force qu'"une opinion sans détracteurs, en démocratie, n'est pas une opinion".

Dernier orateur à s'exprimer avant lui, le philosophe Bernard-Henry Lévy avait expliqué que son soutien était "une question de réflexe". "Nous devons le soutenir au nom du légitime choc des opinions", a-t-il martelé. Le réalisateur Claude Lanzmann a évoqué "ce sacripant de Redeker, ce philosophe". "Cet homme est une grande voix que l'on veut faire taire, une lumière que l'on veut éteindre", a déclaré le réalisateur de Shoah.
"NOUS SOMMES TOUS DES ROBERT REDEKER"Au cours de la soirée "pour la loi et le droit républicain pour la liberté d'expression", notamment organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), SOS-Racisme et l'hebdomadaire Charlie Hebdo, plusieurs personnalités ont également pris la parole, comme le maire UMP de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, ou le journaliste et écrivain Mohamed Sifaoui, ou par écran interposé comme Marek Halter ou Dominique Strauss-Kahn.

Le président du CRIF national, Roger Cukierman, a fustigé "la couardise des politiques qui acceptent si facilement les menaces des fanatiques", et "l'esprit de Munich, qui pollue tous les esprits", avant d'expliquer "nous sommes tous des Robert Redeker". Dominique Sopo, président de SOS-Racisme, a jugé que l'"on est dans une très sale ambiance depuis quelques mois", rappelant l'affaire des caricatures de Mahomet ou d'un opéra annulé en Allemagne. Depuis les menaces contre Salman Rushdie en 1989, les islamistes, a-t-il expliqué, "ont inventé le concept d'islamophobie qui veut renvoyer toute critique de l'islam à du racisme, c'est un renversement de toute logique". "Nous ne nous laisserons pas impressionner", a-t-il conclu.

Wednesday, November 15, 2006

Al-Jazira English veut conquérir les jeunes musulmans et les décideurs anglophones

LE MONDE 15.11.06
Le 1er novembre, Al-Jazira célébrait ses dix ans. Deux semaines plus tard, la chaîne qatarie d'information en continu reçoit son cadeau d'anniversaire : une petite soeur, à l'ambition mondiale, Al-Jazira-English (AJE). Celle-ci a commencé à diffuser en anglais mercredi 15 novembre à partir de quatre grands bureaux régionaux qui assureront une couverture en relais : Doha, capitale de l'émirat du Qatar où se trouve le quartier général des deux chaînes, Kuala Lumpur, Washington et Londres.

Le directeur d'AJE, Nigel Parsons, un journaliste britannique, ancien de la BBC et de WTN, anime depuis Doha une équipe de quelque 500 personnes dont 300 journalistes. Dans un entretien téléphonique au Monde, il souligne que sa chaîne a pour objectif de combler le vide qui existe dans le réseau des grands médias internationaux. Elle entend répondre aux attentes de tous ceux qui, parmi le 1,2 milliard de musulmans ou le milliard d'anglophones dans le monde, sont insatisfaits de l'offre télévisuelle existante.
"Bien sûr, observe-t-il, les jeunes d'origine musulmane vivant en Occident représentent l'une de nos cibles prioritaires. Ils sont un public potentiel naturel. Mais nous visons, notamment parmi les 20-35 ans, une audience beaucoup plus large : les décideurs, les faiseurs d'opinion. Ils ont souvent une vision cynique des médias, qu'ils jugent peu crédibles. Nous voulons récupérer ces téléspectateurs méfiants."
AJE a accès à 50 millions de foyers situés en majorité en dehors de l'Europe et des Etats-Unis. "L'Amérique, reconnaît Nigel Parsons, constitue notre principal problème de distribution." La chaîne a conclu un accord avec deux sociétés de câble américaines, mais pas avec la plus grosse, Comcast. "Nous avons pris pied aux Etats-Unis, et c'est l'essentiel. Nous savons que c'est un marché déjà très encombré. Je suis sûr que les distributeurs changeront vite d'avis lorsqu'ils verront notre chaîne fonctionner. Nous recevons beaucoup d'e-mails de soutien du public américain. Celui-ci pourra aussi nous regarder sur Internet."
Sur le contenu éditorial, AJE souhaite afficher sa différence par rapport à la stricte impartialité de la BBC ou au regard américain que CNN porte sur le monde. "Nous aurons forcément une autre vision, poursuit Nigel Parsons. D'abord parce que nous sommes basés au Moyen-Orient où nous partagerons nos ressources avec Al-Jazira. Dans le monde arabe, ils nous montreront la voie. Ailleurs, nous serons peut-être en mesure de les payer de retour. Ensuite parce que notre décentralisation permettra des traitements spécifiques de l'information. Des journalistes asiatiques parleront de l'Asie, des Africains de l'Afrique. Nous aurons au total 20 bureaux, et nous pourrons compter, en cas de besoin, sur le soutien des 60 bureaux de la chaîne arabe."
Depuis des mois, des rumeurs font état de conflits éditoriaux entre la rédaction d'AJE et celle d'Al-Jazira. Cette dernière s'inquiéterait de voir la chaîne en anglais faire fi de l'"esprit" et de la sensibilité arabes qui ont forgé son succès. Les journalistes d'AJE se seraient même vu recommander certains usages "sémantiques" dans la présentation des informations ou des reportages.
Nigel Parsons dément ces rumeurs, tout en reconnaissant que les responsables des deux chaînes ont beaucoup discuté "contenu". "Nous sommes au clair. Nous travaillons très dur ensemble. Il est naturel que la chaîne arabe soit fière de sa marque et veuille la protéger. Elle avait besoin d'être rassurée. S'il y avait des suspicions, elles ont disparu. Nous n'allons pas abîmer Al-Jazira, mais au contraire faire connaître son style de journalisme à une audience mondiale."
Dès vendredi 17 novembre, la vedette reviendra au bureau de Londres, où le vétéran britannique David Frost, ancienne star de la BBC, diffusera un entretien exclusif avec Tony Blair. Un beau "coup" pour lancer la chaîne.
Jean-Pierre Langellier

L'Islamiste Omar Bakri prêche le soutien au terrorisme sur internet

Le prédicateur islamiste Omar Bakri, interdit de séjour au Royaume-Uni, y est toujours actif grâce à internet dont il se sert, via des pseudonymes, pour appeler à soutenir le terrorisme, a révélé mardi soir la BBC.
D'origine syrienne mais possèdant un passeport libanais, Omar Bakri, qui prêche quasiment tous les soirs sur la toile, a notamment fait l'éloge des quatre auteurs des attentats suicide de Londres qui avaient coûté la vie à 52 personnes le 7 juillet 2005, selon la BBC.
"Comment condamner ces grands hommes. Ce (qu'ils ont fait) n'est pas quelque chose de mal (mais) quelque chose de bien", affirme le prédicateur dont la voix a été identifiée par un expert contacté par la BBC.
Les sites de conversation sur internet ont été infiltrés par un groupe baptisé Vigil, composé d'anciens agents des services secrets, de pirates et de détectives amateurs, a expliqué la BBC.
L'un d'eux a ainsi demandé au prédicateur si l'aéroport de Dublin pouvait être une cible des terroristes, en raison du transit de troupes américaines en route pour l'Irak. "Frapper la cible et la frapper très fort", a-t-il répondu ajoutant: "la réponse se trouve dans votre question".
Omar Bakri a quitté Londres pour le Liban en août 2005 alors que les autorités britanniques s'apprêtaient à prendre des mesures radicales contre les imams extrémistes qui prêchaient en Grande-Bretagne.
Contacté par l'agence Press Association, Omar Bakri a dénoncé les accusations de la BBC, "fabriquées de toutes pièces". (AFP)

Sunday, November 12, 2006

Le Royaume-Uni, cible numéro un d'al-Qaida

Les renseignements britanniques s'inquiètent de la menace terroriste.

« LA MENACE terroriste est grave et augmente chaque jour. Elle s'étendra au moins sur une génération ». Dame Eliza Manningham-Buller, à la tête du MI5 depuis 2002, n'est pas une adepte des déclarations à l'emporte-pièce. Elle ne s'exprime que rarement, en des occasions soigneusement choisies. Le contenu de son discours à l'Université de Londres a donc eu un impact considérable, quelques jours après la condamnation à la perpé­tuité de Dhiren Barot, un Britannique d'origine indienne de 34 ans, converti à l'islam à 20 ans et accusé d'avoir ­fomenté une série d'attentats en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Le MI5 et la police enquêtent sur « environ 200 groupes ou réseaux, ­totalisant plus de 1 600 individus identifiés, engagés activement dans la préparation d'actions terroristes ici ou à l'étranger », a averti Eliza Manningham-Buller, membre des services secrets depuis trente-deux ans. Et sur ces 200 réseaux, au moins «30 complots, classés priorité numéro un, ­visent à tuer des personnes ou endommager notre économie. Ces complots sont souvent liés à al-Qaida au Pakistan », a-t-elle ajouté. Depuis les attentats du 7 juillet 2005 dans le métro de Londres, le MI5 et la police ont démantelé cinq complot « très importants ». Une grande partie des quelque 650 000 Britanniques d'origine pakistanaise qui vivent au Royaume-Uni se rendent chaque année en ­vacances au Pakistan et le MI5 estime qu'au cours de ces voyages, beaucoup sont exposés à l'influence d'al-Qaida.

Mais en Grande-Bretagne également, « ce sont les jeunes qui sont ­activement visés, façonnés, radicalisés et placés sur un chemin qui dans avec une rapidité effrayante pourrait ­conduire à leur implication dans le meurtre en masse de leurs concitoyens, dans leur propre mort prématurée dans une attaque suicide ou sur un terrain de bataille à l'étranger » , s'est inquiété Dame Manningham-Buller. Le 7 juillet 2005 a révélé aux Britanniques que la menace terroriste venait du coeur même de leur société. Les quatre terroristes avaient tous été ­élevés en Grande-Bretagne et semblaient en surface tous parfaitement intégrés.

Une sophistication croissante de l'armement des terroristes

La directrice générale du MI5, anoblie en 2005, n'a pas hésité à ­contredire le premier ministre Tony Blair en affirmant que beaucoup de terroristes en puissance étaient « motivés par leur interprétation de la politique étrangère britannique perçue comme antimusulmane, et en particulier par l'implication britannique en Irak et en Afghanistan ». Tony Blair a toujours catégoriquement ­rejeté tout lien entre la menace terroriste et la présence des troupes britanniques en Irak. Au risque de radicalisation de la jeunesse musulmane britannique, le chef des services secrets a ajouté celui de la ­sophistication croissante de l'armement. « Aujourd'hui, nous assistons à l'utilisation d'engins explosifs improvisés. Demain, la menace pourrait inclure l'utilisation d'agents chimiques et bactériologiques, de matériaux radioactifs, voire de technologie nucléaire ».

Depuis 2001, le personnel du MI5 a doublé, atteignant aujourd'hui 2 800 agents environ. D'ici à 2008, il devrait atteindre 3 500 personnes.

Mais, en dépit de ces moyens ­accrus, Dame Eliza Manningham-Buller ­reconnaît que le MI5 travaille à flux tendus et sera contraint de ­faire des choix sur les cibles prioritaires à surveiller et « pourra faire des erreurs ».

À 58 ans, après des années à travailler sous couvert, Eliza Manningham-Buller se défend de tout alarmisme mais estime nécessaire de « décrire de la manière la plus franche possible la menace d'al-Qaida au Royaume-Uni » « C'est une campagne soutenue, pas une série d'incidents isolés », a-t-elle insisté.

Saturday, November 11, 2006

Al-Qaïda préparerait des attentats en Europe

Selon CBS, le groupe terroriste planifierait des attentats dans les transports pendant les fêtes de fin d'année.
Selon la chaîne de télévision CBS News, le réseau terroriste Al-Qaïda planifierait des attentats dans les transports ferroviaires et aériens en Europe pendant les fêtes de fin d'année.La chaîne américaine citait samedi 11 novembre des sources du renseignement qui ont requis l'anonymat. D'après elles, des agences de renseignement été averties de cette éventualité, sur la foi d'informations obtenues lors d'interrogatoires de suspects d'Al-Qaïda ayant récemment quitté le Pakistan et l'Afghanistan."Créer une tension en Europe""Un suspect a dit que des plans pour répéter la tentative d'Heathrow (en référence au complot terroriste présumé contre des avions déjoué en août en Grande-Bretagne, ndlr) étaient tout prêts. Il ne s'agit plus maintenant que de passer à l'action", selon un responsable arabe cité par CBS."La stratégie d'Al-Qaïda semble (chercher à) créer une tension en Europe", selon la même source.Selon des entretiens avec des diplomates arabes, des sources du renseignement et des responsables pakistanais et occidentaux, des membres arabes du réseau ont quitté l'Afghanistan au cours des six derniers mois, transférant les activités militantes du réseau en Afghanistan au mouvement des talibans, ajoute la chaîne de télévision. Selon CBS News, cette nouvelle information expliquerait ce mystérieux retrait des combattants d'Al-Qaïda, de membres arabes et d'experts d'Afghanistan.
© Le Nouvel Observateur

Wednesday, November 08, 2006

Six terroristes islamistes présumés arrêtés aux Pays-Bas

LA HAYE - Les autorités néerlandaises ont arrêté cinq hommes et une femme dans le cadre d'une enquête sur un réseau terroriste islamiste international, a annoncé le parquet national. Ces suspects ont été interpellés à La Haye et Amsterdam.
L'enquête, conduite depuis novembre 2005, visait des musulmans radicaux recrutant pour le "jihad" (guerre sainte), a indiqué le parquet dans un communiqué. Parmi les suspects figurent deux Néerlandais, un Turc, un Tunisien, un Marocain et une personne à la double nationalité néerlandaise et marocaine, a précisé le porte-parole du parquet national Wim de Bruin.
Les six sont soupçonnés de "recruter des musulmans radicaux pour le jihad international", un crime selon une loi néerlandaise récemment amendée. La police poursuit son enquête pour déterminer si les suspects peuvent également être inculpés d'appartenir à une organisation criminelle à vocation terroriste, indique le parquet.
Les six ne sont cependant pas liés aux terroristes du groupe Hofstad, tels que l'islamiste radical Mohammed Bouyeri, qui a été condamné en 2004 à la prison à vie pour le meurtre du réalisateur Theo van Gogh, ou les six terroristes présumés, parmi lesquels l'islamiste Samir Azzouz, dont le procès se déroule actuellement à Amsterdam.
L'enquête a révélé que le recrutement se déroulait par des harangues enregistrés sur vidéo, des pamphlets et des films sur la prétendue obligation des Musulmans de prendre part au jihad. Plusieurs suspects auraient également tenté d'obtenir de faux documents de voyage pour se rendre en Irak.

Un Britannique converti à l'Islam condamné à la réclusion à perpétuité à Londres pour terrorisme

LONDRES (AP) -- Un Britannique de 34 ans converti à l'Islam a été condamné mardi par un tribunal britannique à la réclusion à perpétuité assortie d'une peine incompressible de 40 ans. Considéré comme le plus haut responsable d'Al-Qaïda arrêté en Grande-Bretagne, Dhiren Barot a été reconnu coupable d'avoir planifié une série d'attentats meurtriers contre des objectifs aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Ressortissant britannique né en Inde et élevé à Londres, Barot a plaidé coupable le mois dernier de conspiration en vue de commettre des meurtres en série lors d'attentats des deux côtés de l'Atlantique. Il est également recherché aux Etats-Unis et au Yemen pour plusieurs chefs d'accusation de terrorisme. Barot et ses sept complices, a rappelé le juge Neil Butterfield, avaient l'intention de faire sauter des voitures piégées dans les parkings souterrains de grands hôtels londoniens (Ritz, Savoy) ainsi que des gares très fréquentées comme Waterloo, Paddington et King's Cross. Ils voulaient également faire exploser une rame du métro dans un tunnel sous la Tamise. "Cela provoquerait le chaos (...) des explosions, une inondation, des noyades", a écrit Barot dans des documents retrouvés sur son ordinateur après son arrestation en août 2004. Les attentats prévus en Grande-Bretagne étaient alors "imminents" et la "conspiration était dans ses dernières phases", selon le dossier d'accusation. "Vous avez choisi d'utiliser votre vie pour semer la mort et la destruction en Occident", a souligné le magistrat en prononçant la sentence. "Vous avez planifié le massacre de centaines, sinon de milliers, d'hommes, femmes et enfants totalement innocents" Selon le juge, les desseins de l'accusé étaient déterminés et meurtriers. "Vous vouliez faire un carnage, un bain de sang, une boucherie aveugles, d'abord à Washington, Newark et New York, puis à Londres", a-t-il déclaré. "Il y a des milliers et des milliers de Musulmans ordinaires, dignes, travailleurs et respectueux des lois, des citoyens britanniques comme vous, qui doivent dans un épais climat de suspicion et de méfiance provoqués par des gens comme vous", a lancé le magistrat à l'accusé. Ses complices présumés seront jugés l'an prochain à Londres. AP

Monday, November 06, 2006

Islamisme : 72 badges retirés à Roissy

72 employés étaient considérés liés à "des mouvances fondamentalistes à visée potentiellement terroriste".

Le sous-préfet de Roissy Jacques Lebrot a fait savoir jeudi 2 novembre que 72 employés de l'aéroport ont fait l'objet d'un retrait de badge depuis mai 2005 parce qu'ils sont "liés à des mouvances fondamentalistes à visée potentiellement terroriste".Une "grande majorité" de ces 72 employés sont liés à une "mouvance islamiste", a-t-il ajouté. Une "petite dizaine" d'employés se sont vu retirer leur badge d'accès à la zone sous-douane de Roissy parce que proches d'organisations terroristes liées aux tigres tamouls, a ajouté Jacques Lebrot. Un employé sikh a aussi été l'objet d'un retrait de badge. "Plusieurs syndicalistes" font partie des 72 employés visés, a ajouté Jacques Lebrot.

Par ailleurs, 68 employés ont été l'objet d'un signalement depuis mai 2005 de la part des services de la préfecture de Seine-Saint-Denis et n'ont pas été sanctionnés après enquête, a précisé le sous-préfet.Une quarantaine de dossiers sont en cours d'instruction, a-t-il ajouté.Action de la HaldeAu total, depuis mai 2005, près de 180 employés de Roissy ont été l'objet d'une enquête de la préfecture de Seine-Saint-Denis et des services de renseignement français pour des raisons de sûreté liées à des risques terroristes.

Le ministre de l'Intérieur avait indiqué le 21 octobre que 43 employés s'étaient vu retirer leur badge estimant que son devoir était que "des gens qui ont accès aux pistes n'aient ni de près ni de loin de liens avec des organisations radicales".Quelques jours après, la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) s'était auto-saisie dans l'affaire des retraits de badges pour vérifier s'il y avait eu discrimination.

De son côté, Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France (MPF), s'est félicité jeudi de cette annonce, rappelant qu'il avait "préconisé cette mesure".Il souligne qu'il avait préconisé "cette mesure dans son livre les Mosquées de Roissy" et estime que "les faits lui donnent donc raison".Dans son livre paru en avril, Philippr de Villiers affirmait que des islamistes avaient infiltré les services de sécurité et pris le contrôle de zones entières à l'aéroport de Roissy où transitent bagages et passagers.
© Le Nouvel Observateur